On se retrouve pour une fin de semaine culturelle

Salut!

Comment vas-tu? Est-ce que je t’ai manqué?

Allez, ne sois pas gênée… Même un oui à peine audible murmuré du bout des lèvres me comblerait.

Laisse-moi te reposer la question autrement : as-tu pensé à moi ces dernières années?

Moi, oui. Pas tous les jours, mais presque. J’ose le dire, je me suis ennuyé de toi.

Pourquoi est-ce que je t’écris aujourd’hui, après toutes ces saisons passées loin l’un de l’autre? Simplement pour te rappeler notre folle promesse d’adolescence. Te souviens-tu? On s’était dit rendez-vous dans dix ans, même jour, même heure, mêmes pommes.

Eh bien voilà, l’heure des retrouvailles a enfin sonné! Je sais que je suis dernière minute, mais es-tu libre en fin de semaine? Sinon, attendre un autre dix ans serait décourageant.

J’ai pensé à deux activités à faire ensemble. Dis-moi ce que tu en penses.

L’Épicerie musicale

Présenté lors des Escales improbables, L’Épicerie musicale est un kiosque agrico-musical qui propose aux clients d’acheter des fruits, des légumes et des chansons d’une vingtaine d’artistes dont Yann Perreau, Dany Placard et Amylie.

Jérôme Minière et Marie-Pierre Normand, qui ont tous les deux collaboré à la pièce LE DERNIER FEU au Théâtre ESPACE GO l’hiver dernier, tiennent la barre de ce marché tout à fait inusité en collaboration avec Tristan Malavoy et de trois producteurs agricoles. D’ailleurs, Jérôme Minière travaillera encore à GO cette saison pour le spectacle LA VILLE.

Le journal Métro parlait justement de L’Épicerie musicale aujourd’hui :

L’épicerie musicale est ce concept absolument charmant imaginé par Jérôme Minière. L’idée : on réunit 24 artistes musicaux (Minière, Yann Perreau, Alaclair Ensemble, Forêt, Groenland et on en passe) et 3 agriculteurs, qui joignent leurs forces pour offrir des produits du terroir sous forme de fruits et légumes… et de pièces téléchargeables auquel on aura accès en se procurant, pour la somme de 0,99$, un de ces «légumes musicaux». Une façon résolument sympathique de découvrir les artisans d’ici. Une nouveauté cette année: samedi et dimanche à 16 h, Tristan Malavoy s’entretiendra avec des représentants des cultures maraîchère et chansonnière pour faire l’analogie entre les problématiques vécues par les deux. Ça promet aussi!

L’Épicerie musicale de Jérôme Minière Image © Marie-Pierre Normand

Dessin de Marie-Pierre Normand, tiré de la page Facebook de L’Épicerie musicale.

C’est quand? Vendredi 6 et samedi 7 septembre de 13 h à 19 h, dimanche 8 septembre de 13 h à 17 h 30.

Berlin appelle

Du côté du Goethe-Institut, Daniel Brière et Evelyne de la Chenelière, auteure en résidence à ESPACE GO, présentent la déambulation vidéo-théâtrale Berlin appelle en compagnie de Catherine De Léan et Marc Fortier.

Sur le site du Goethe-Institut, les deux artistes décrivent la raison de leur attachement envers la ville de Berlin :

Le syndrome de Stendhal, à l’origine, définit le phénomène par lequel, exposé à une abondance d’œuvres d’art, un voyageur se retrouve face à sa conception artistique et à la grandeur des œuvres.
Stendhal l’a vécu à Florence, et nous l’avons vécu à Berlin.
Au contact de cette ville et de sa frénésie, notre perception de l’art, de la liberté, de la communauté, de la famille et de la mémoire, entre autres, s’en est trouvée irrémédiablement ébranlée.

Ça promet, non?

Le journal Voir s’est entretenu cette semaine avec Evelyne et Daniel.

J’ai hâte de te retrouver, chère amie, pour notre fin de semaine culturelle tant attendue. Si tu ne me reconnais pas après toute ces années, sache que je serai facile à repérer : je porterai un jeans bleu.

P.S. L’emploi du féminin pour désigner une personne dans cette lettre n’a d’autres fins que celle d’alléger le texte.

Laissez un commentaire!