Comment créer un soutien-gorge en papier à la manière de Clémence DesRochers

Mise en garde : Ce petit conte de Noël contient quelques jeux de mots discutables. Veuillez m’en excuser.

C’est le temps des fêtes (eh oui, déjà!). Manon Brunelle reçoit ses proches pour le traditionnel souper familial. Tout se déroule plutôt bien, les invités ont apprécié sa gigadinde Butterball. À présent, tous sont en grande discussion, un verre de vin à la main.

Avant d’inviter les gens à passer au salon et d’allumer le dernier feu du réveillon dans le foyer, Manon tombe dans la lune en réfléchissant au cadeau qu’elle a bricolé pour sa sœur Camille : une photo de style pop art, dans laquelle elle a réuni les jolis minois des cinq acteurs préférés de sa sœur.

Manon est convaincue que l’image pop art de ces cinq visages pour Camille sera magnifique étant donné sa grande expérience en bricolage, acquise au cours de nombreux pyjamas partys au secondaire. À cette époque, Manon pouvait passer des heures et des heures, au lit avec Virginia, sa best friend du moment, à faire du scrapbooking. Ah, le bon temps!

Tout à coup, son oncle, quelque peu éméché, la tire de sa rêverie : «Hey! Laissez-moi vous dire toute la fureur de ce que je pense de la situation géopolitique actuelle.» Non, juste non. Pas question de clore le réveillon en abordant un sujet aussi sensible. C’est donc le moment idéal pour faire diversion et, par le fait même, d’interrompre son oncle. Manon décide donc d’épater la galerie en démontrant toute l’étendue de la démesure d’une 32a [vous aurez compris que ce titre-là était plus difficile à caser]. En un mot, Manon décide de dérider ses invités en fabriquant un incroyable soutien-gorge à partir de sa napkin!

###

Au Théâtre ESPACE GO, c’est Clémence DesRochers qui nous a enseigné la manière de réaliser ce chef-d’œuvre d’origami lors de la soirée qui a suivi la première de LA DÉMESURE D’UNE 32A. Fidèle à elle-même, elle a su faire rire toute la galerie!

Aujourd’hui, c’est votre tour. Suivez ces six étapes pour réussir votre propre soutien-gorge de taille 32A, à la sauce Clémence DesRochers.

 

Étape 1
Dépliez votre serviette et placez-la devant vous.

 

Étape 2
Repliez deux côtés opposés jusqu’au centre de la serviette.

 

Étape 3
Pincez la serviette au milieu des deux côtés opposés que vous venez de replier.

 

Étape 4
Repliez la serviette sur elle-même et retournez-la de sorte que les quatre coins se retrouvent près de vous.

 

Étape 5
Pincez et maintenez ensemble les coins superposés de la serviette avec chacune de vos mains.
Les deux coins à votre droite avec la main droite et les deux coins à votre gauche avec la main gauche.
Attention, il ne faut prendre QUE les coins et non les deux épaisseurs de serviette entre eux.

 

Étape 6
Éloignez vos mains l’une de l’autre, tout en gardant les coins pincés.

 

TADAM!
Un beau soutien-gorge en napkin!
Vous pouvez maintenant dire fièrement : «Moi, je fais du Clémence!»

 

Conseil gratuit
S’il y a des enfants, optez pour la version censurée : les oreilles de chats!


Voici Clémence DesRochers et Brigitte Poupart arborant leurs soutien-gorges oreilles de chat lors de la fête qui a suivi la première de LA DÉMESURE D’UNE 32A, le 14 novembre dernier, au Théâtre ESPACE GO,

###

► Facebooker l’article!
► Commenter l’article!

Une artiste, deux heures, une seule fois : la soirée-hommage

Imaginez ceci : monter un spectacle de deux heures avec une cinquantaine d’artistes, en un mois et demi seulement, pour une présentation… unique. Oui, un soir seulement. C’est un peu fou, non? Et pourtant, c’est exactement ce que propose la soirée-hommage d’ESPACE GO. Une belle preuve du caractère si éphémère du théâtre!

Cet événement-bénéfice annuel est entièrement consacré à un grand artiste. Ou plutôt à UNE grandE artistE (ESPACE GO est d’abord et avant tout un théâtre féministe, ne l’oublions pas!) Parmi ses membres, le club sélect des honorées compte, entre autres, Janine Sutto, Françoise Faucher, Rita Lafontaine, Monique Miller, Andrée Lachapelle et Clémence DesRochers.

Motus et bouche (presque) cousue

Vous comprendrez que puisqu’il s’agit d’un événement unique et que ça doit demeurer une surprise pour l’artiste honorée, je ne peux pas trop en révéler sur le spectacle du 31 mai prochain, sous peine de terribles représailles. (Cependant, en privé, en échange d’une crème glacée trempée dans le chocolat, je serais peut-être prêt à parler…)

Voici tout de même quelques détails sur la préparation de cette soirée, histoire de ne pas passer pour un radin. Cette année, le spectacle, conçu par Ginette Noiseux (notre directrice) et mis en scène par Serge Denoncourt, rendra hommage à une grande actrice, aussi belle que talentueuse : Louise Marleau.

Une riche carrière de plus de 50 ans comme la sienne mérite d’être soulignée. Théâtre, télévision, télé-théâtre (vivement le retour des Beaux Dimanches!), cinéma… Voilà beaucoup de matière à fouiller pour en extraire les moments les plus mémorables.

La comédienne a été rencontrée à quelques reprises afin d’en apprendre davantage sur elle, de l’entendre raconter ses souvenirs et parler de ses rôles marquants. Ces rencontres ont permis d’orienter les recherches et, bien sûr, les choix finaux pour le spectacle.

Et pour mettre de l’ordre dans tout ça, il est nécessaire d’avoir un bon outil d’organisation : le mur de liège! Y sont épinglés une centaine de cartons sur lesquels apparaissent, pour chaque moment de la soirée, le nom du numéro, la personne qui l’écrit, les artistes qui y participent, etc. Cela permet, en un coup d’œil, de « voir » la soirée-hommage. À vue de nez, ça me semble excellent! (Notez que la photo est volontairement floue. Un secret, c’est un secret.)

La soirée n’aura lieu que dans deux semaines. (Certains diraient plutôt : « Quoi!?! Dans deux semaines?!? Déjà! » C’est selon.) Il faudra donc être patient avant d’en savoir plus sur son contenu, à moins que vous ne m’invitiez au bar laitier… D’ici là, il m’est tout de même permis de vous parler du spectacle de l’an passé!

À 50 ans, on mérite bien une fête spéciale!

En juin dernier, la 16e soirée-hommage ne rendait pas hommage à une artiste en particulier. En effet, elle était plutôt vouée à l’École nationale de théâtre du Canada (ÉNT) qui fêtait ses 50 ans. Le spectacle, intitulé pour l’occasion L’ÉCOLE DES FEMMES, comptait plusieurs numéros mémorables, dont un extrait du spectacle musical CHANTE AVEC MOI :

Chante!
Oui je chante
Chante!
Avec moi

Un sacré ver d’oreille, je vous le jure! Un an plus tard, je me surprends encore parfois à fredonner le refrain en boucle (car je ne connais pas le reste de la chanson)! Mémorable que je vous disais… Avez-vous déjà assisté à ce spectacle? Êtes-vous pris avec le même « problème » que moi?

Un autre numéro était très touchant. Sur scène, la chorale de l’ÉNT. Dirigeant ces voix, dos à nous, Catherine Gadouas, la cheffe de chœur. Cette musicienne enseigne depuis de nombreuses années à l’École et est très appréciée de ses élèves. Un scénario parfait pour un petit hommage bien mérité!

Durant le numéro de chant, alors que la cheffe de chœur (qui ne se doutait de rien) menait la chorale, celle-ci s’est séparée pour laisser apparaître la mère de Catherine : Andrée Lachapelle elle-même venue livrer un vibrant mot (j’oserais dire « d’amour ») à sa fille, lui rappelant à quel point elle était fière d’elle et ce, devant plus de 300 personnes. Un très joli moment!

En terminant, je vous pose le question : si vous aviez à concocter une soirée-hommage, à quel(le) artiste serait-elle consacrée?