Expos à GO

Ces temps-ci, ESPACE GO est plus qu’un théâtre.

On ne veut pas faire ombrage au Musée d’art contemporain, mais… trois expositions se déroulent en même temps chez nous, sur deux étages et demi.

Sous-sol

J’ai toujours cru que les grands artistes avaient de la compassion.
Qu’ils créaient pour exprimer leur sympathie envers les autres.
C’était vraiment con de ma part!
Bibi Andersson (Alma) dans le film Persona

ESPACE GO Expo 5 ≡ Photo Hubert Larose St-JacquesPeut-être le savez-vous déjà, mais comme une maman, je vous le répète : Sophie Cadieux (artiste en résidence) et Patrice Dubois (comédien, metteur en scène et co-directeur de Théâtre PÀP) vous offrent en lecture leurs cahiers de notes personnels. Les pages de ces cahiers, griffonnées au fil de leurs créations, sont remplies de pensées, de gribouillis et même de poèmes. Je vous en parlais ici cet automne.

Breaking news! La semaine dernière, Sophie et Patrice ont pimpé leur projet. Ils ont voulu rendre hommage au cinéaste Ingmar Bergman en agrémentant leur installation de photos, de réflexions et de citations qui sont autant de clins d’œil au célèbre cinéaste et à son film Persona.

ESPACE GO Expo 4 ≡ Photo Hubert Larose St-JacquesAlors si vous venez assister à LA FUREUR DE CE QUE JE PENSE, je vous suggère d’en profiter pour descendre et (re)découvrir cette exposition. N’oubliez pas d’ouvrir les carnets pour en « dévorez » le contenu. Ils sont là pour ça. Ils sont là pour vous.

Rez-de-chaussée

Au café-bar, c’est Nelly Arcan qui vous attend. Des photos rarement vues y sont exposées.

Ces photos de l’artiste Nicolas Ruel sont nées d’une collaboration entre Nelly Arcan, la chorégraphe Manon Oligny et lui. Chacune de ses images illustre les trois premiers romans de l’auteur : Putain, Folle et À ciel ouvert.

Putain de Nelly Arcan ≡ Photo Hubert Larose St-Jacques

L’image qui me plaît le plus est la première (ici à droite). Elle illustre le roman Putain. Le regard de l’auteure, à peine reconnaissable avec sa perruque rose, me trouble. Je n’ose plus passer par là pour aller me faire un café. Suis-je trop sensible?

Pour contempler ces photos, je vous suggère d’arriver un peu plus tôt que d’habitude avant le spectacle. Sinon, vous devrez jouer du coude pour vous en approcher!

Blague à part, lorsque vous aurez vu ces photos, je vous invite à me laisser un commentaire pour me dire laquelle vous préférez et, si possible, pourquoi.

Expo Nelly Arcan ≡ Photo Hubert Larose St-Jacques

Cage d’escalier

Plus haut, je disais qu’il y avait trois expositions présentées sur deux étages et demi. Eh bien, voici la demie qui reste.

À quoi ça tient ≡ Photo Hubert Larose St-JacquesDepuis quelques mois, la cage d’escalier (du côté pair de la salle) est devenue un nouveau lieu d’exposition. Bien sûr, il ne faut pas s’y attarder de longues minutes au moment de l’entrée en salle, au risque de retarder le spectacle! Mais après la représentation, prenez votre temps.

L’œuvre qui longe l’escalier est celle de Rose-Anne Tuduri-Vermesch. Le titre : À quoi ça tient? Ça vous dit quelque chose? Allez, un petit effort…!

Cette série de broderies a vu le jour l’an dernier, lors de la création du spectacle UNE VIE POUR DEUX (LA CHAIR ET AUTRES FRAGMENTS DE L’AMOUR). L’artiste s’était inspirée de l’histoire de la pièce et de sa rencontre avec l’auteure Evelyne de la Chenelière pour réaliser sa quatre-vingtaine de petits tableaux.

« On ne veut pas le savoir, on veut le voir! » comme disait Yvon Deschamps. Voici donc, à la demande générale, une vidéo sur cette œuvre, tournée l’an dernier lors de l’installation initiale. Pour en savoir plus, vous pouvez aussi lire cet article.

###

► Commenter l’article
► Facebooker l’article

Conférence autour de LA FUREUR DE CE QUE JE PENSE

  1. L’œuvre de l’auteure Nelly Arcan vous intéresse.
  2. Vous êtes libre ce dimanche à 14 h.

Si vous répondez à toutes ces (deux) conditions, je vous invite fortement à poursuivre votre lecture. Sinon, il vous est tout de même permis de jeter un coup d’œil à la suite du texte.

Mise en contexte

Comme vous le savez peut-être, ESPACE GO présentera LA FUREUR DE CE QUE JE PENSE, sa dernière production de la saison, en avril prochain.

111119213_Esp_Go_37x55.75_Fureur.inddCe spectacle est né du désir de Sophie Cadieux, notre artiste en résidence, d’explorer l’œuvre littéraire de Nelly Arcan. La mise en scène est assurée par Marie Brassard et la dramaturgie, par Daniel Canty. Sur scène, nous retrouverons six comédiennes et une danseuse : Christine Beaulieu, Sophie Cadieux, Monia Chokri, Evelyne de la Chenelière, Johanne Haberlin, Julie Le Breton et Anne Thériault.

Pour créer LA FUREUR DE CE QUE JE PENSE, Sophie Cadieux, Marie Brassard et Daniel Canty ont lu, relu, analysé et découpé les écrits de Nelly Arcan avant d’en arriver au collage final qui sera défendu sur scène par les sept « furies ».

Rendez-vous

Pour nous parler de Nelly Arcan et des extraits littéraires qui composent la structure du spectacle, Marie Brassard et Daniel Canty nous donnent rendez-vous à la Bibliothèque du Mile End ce dimanche, 3 mars, à 14 h.

Cette rencontre, qui nous permettra de mieux comprendre l’« architecture secrète » de LA FUREUR DE CE QUE JE PENSE, risque d’être très pertinente pour nous préparer au spectacle ou simplement pour en apprendre davantage sur l’œuvre de Nelly Arcan.

Serez-vous au rendez-vous?

P.S. Il est recommandé de réserver votre place en téléphonant à la Bibliothèque du Mile-End (514 872-2141), car la dernière fois, alors que Sophie Cadieux nous avait parlé de son attachement pour l’auteure Virginia Woolf, il y avait beaucoup de monde!

Sophie Cadieux à la Bibliothèque du Mile End
Sophie Cadieux à la Bibliothèque du Mile End

###

► Facebooker l’article!

Une correspondance dont vous êtes le héros

Vous trouvez notre hall d’entrée un peu serré avant l’entrée en salle?

Nous avons la solution pour vous : descendez au vestiaire!

ESPACE GO Objet plastique Tiroir verticalDes tiroirs remplis de cahiers de notes vous y attendent. Ce sont ceux de Sophie Cadieux, comédienne et artiste en résidence à ESPACE GO, et de Patrice Dubois, comédien, metteur en scène et codirecteur du Théâtre PÀP (d’autres noms devraient s’ajouter à cette liste, puisque l’installation se renouvellera peu à peu au fil de la saison).

Les cahiers de notes contiennent des pensées, des bouts de textes, des poèmes, des photos, des gribouillages et des dessins qui témoignent de leur manière d’aborder LA créationRien n’est clairement ordonné, tout est un peu pêle-mêle. À vous, donc, de tirer vos propres conclusions…

ESPACE GO Objet plastique Message Fouillez

Fouillez! C’est le mot d’ordre. Prenez un cahier et installez-vous confortablement dans notre fauteuil pour le feuilleter. Qui sait sur quoi vous allez tomber?

Des photos et des extraits tirés de ces cahiers seront publiés ici de tant à autres au cours des prochains mois. Pour me faire parvenir vos propres photos, n’hésitez pas à m’écrire!

Avez-vous eu la chance de fouiller ces cahiers de notes? Avez-vous fait des découvertes? Faites-nous part de vos impressions en laissant un commentaire.

(Cliquez sur la première photo pour les voir en taille réelle.)

###

Facebooker l’article!

Un appartement dans ESPACE GO

Un mur composé de centaines de « toasts »!

Étrange. Déstabilisant. Intime. Très intime même.

Voilà qui pourrait décrire JE NE M’APPARTIENS PLUS, le déambulatoire théâtral présenté la semaine dernière à ESPACE GO par Sophie Cadieux et ses complices Sophie Corriveau, Nancy Tobin, Alexia Bürger et Romain Fabre. (Petite parenthèse ici : je n’ai pas pu vous en parler avant, car j’étais tenu au secret artistique. Mais maintenant que c’est terminé, j’ose enfreindre l’omertà…)

Invité à déambuler dans un appartement, le specvoyeur (oui, c’est un nouveau mot que je viens d’inventer) se retrouvait seul avec chacune des comédiennes dans différentes pièces, dont la salle de bain et la cuisine.

Difficile de décrire l’effet provoqué par ce contact très privilégié avec ces artistes qui n’hésitaient pas à interagir avec nous. Disons que c’était plaisant et dérangeant à la fois. Comme un massage sportif.

Seulement 30 personnes par soir ont eu la chance d’arpenter les pièces de cet appartement construit dans le Théâtre ESPACE GO.

Quelques journalistes ont écrit des articles sur leur expérience : Philippe Couture du Devoir, David Lefebvre de MonThéâtre.qc.ca et Élizabeth Adel du site Plein Espace. Jean Siag de La Presse et J. Kelly Nestruck du Globe and Mail en ont aussi parlé avant le début des représentations.

En terminant, voici une vingtaine de photos prises durant le parcours. Alors si vous avez manqué cette aventure théâtrale, ce sera comme si vous y étiez!

Question : Avez-vous assisté à JE NE M’APPARTIENS PLUS? Comment avez-vous trouvé votre expérience? Laissez votre commentaire en cliquant ici.

(Cliquez sur la première photo pour les voir en taille réelle.)

###

Facebooker l’article!