photo
 


GINETTE NOISEUX, DIRECTRICE


Née à Montréal, le 23 janvier 1958.

Enfant de la Révolution Tranquille qui voit la société québécoise s'affranchir de l'emprise du clergé et de l'establishment anglophone, c'est au contact des œuvres des poètes, des auteurs, et des plasticiens de l'avant-garde francophone du Québec, notamment du mouvement automatiste, que germe chez Ginette Noiseux la passion du théâtre.

Destinée d'abord à une carrière scientifique, elle abandonne peu à peu sa passion des laboratoires pour s'investir pleinement dans la recherche artistique.

En 1978, Ginette Noiseux est diplômée en scénographie de l'École nationale de théâtre du Canada (ÉNT) où elle obtient la mention d'excellence.

C'est là qu'elle rencontre le maître costumier François Barbeau, alors directeur de la section production. À sa sortie de l'É.N.T. Ginette Noiseux sera son assistante; ils feront équipe sur de nombreux spectacles et projets d'envergure.

À sa sortie de l'ÉNT, en 1978, Ginette Noiseux a d'abord œuvré au sein des grandes compagnies et appris son métier de conceptrice avec les vieux routiers. Ayant bénéficié d'une solide formation de base, elle s'insurge néanmoins contre la résistance du milieu institutionnel de l'époque à l'égard des femmes de théâtre, et espère élargir ses horizons au-delà des classiques et des textes réalistes et psychologiques qui sont alors, le plus souvent, des traductions américaines.

Au même moment, la fin des années soixante-dix est marquée par la transformation des regroupements spontanés d'artistes en compagnies de création qui se mobilisent autour des grandes questions de l'heure : le féminisme, l'émergence d'une nouvelle dramaturgie nationale et de nouvelles formes d'expression. Elle joindra rapidement ce mouvement.

Provoquant l'étonnement du milieu traditionnel dont elle est issue, Ginette Noiseux propose ses services de scénographe à Pol Pelletier, du Théâtre Expérimental des Femmes (TEF), pour dessiner la prochaine production du Théâtre Expérimental des Femmes : La Terre est trop courte Violette Leduc de Jovette Marchessault, présentée à l'automne 1981. Le TEF fut fondé en 1979 dans le but de promouvoir « la différence, l'originalité et la recherche artistique » en création féminine.  Elle est alors invitée à joindre le collectif.

La compagnie affirme à travers toutes ses activités – créations de textes d'auteurs féminins d'avant-garde, Festival de Création de Femmes, conférences sur l'Histoire des Femmes, débats publics - son originalité et une présence unique en Amérique du Nord. L'action du TEF est résolument politique, sans négliger aucunement la recherche d'innovations artistiques. Il participe activement à l'accès des femmes artistes à tous les postes de pouvoir et de création dans le domaine du théâtre, tout en soutenant l'émergence d'une dramaturgie nouvelle. Les artistes du TEF, fondé en 1979, écrivent une page exceptionnelle de l'Histoire du théâtre contemporain au Québec.

En 1982, les membres du collectif invitent Ginette Noiseux à joindre le noyau de direction de la compagnie.

En 1983, les fondatrices du TEF auront quitté peu à peu la compagnie pour poursuivre individuellement leur carrière. Une auteure, Lise Vaillancourt, et une administratrice, Jeannette Laquerre, formeront avec Ginette Noiseux le nouveau collectif de direction.

En 1985, Ginette Noiseux initie un projet qui rassemble le monde des auteurs, des poètes et du théâtre, mais aussi celui de la danse, des arts visuels et de la performance. Ainsi naît l'événement La Soirée des murmures, dont le thème est l'érotisme et qui réunit une cinquantaine de femmes artistes. Sous la forme d'un peep show continu, ce spectacle stupéfiant et de très haut calibre brise les préjugés, trouvant écho jusqu'en Europe. Présentée au Festival de Théâtre des Amériques, cette production favorise la rencontre de nombreux artistes français de l'avant-garde, échanges qui seront déterminants pour l'orientation artistique future de la compagnie.

Au seuil des années 90, le TEF devient le Théâtre ESPACE GO, dont Ginette Noiseux assume aujourd'hui la direction artistique et générale. Elle se consacre alors à la production de textes de langue française, dénichant des chefs-d'œuvre oubliés du répertoire, faisant découvrir au public des paroles fortes d'auteurs contemporains de l'étranger, tout en soutenant la création d'œuvres de dramaturges québécois. Sous sa direction, GO demeurera toujours fidèle aux trois grands principes qui ont sauvegardé son projet dans les moments plus difficiles : un théâtre d'idées, un outil exceptionnel à la disposition des créateurs et des créatrices les plus engagé(e)s de leur génération dans les enjeux de la modernité, une direction artistique forte. ESPACE GO compte désormais parmi les chefs de file de la jeune création théâtrale contemporaine au Québec.

ESPACE GO poursuit un double mandat de producteur et de diffuseur. En matière de diffusion, GO accueille des spectacles de la francophonie et présente les créations des compagnies québécoises en lien avec ses préoccupations dramaturgiques et son objectif d'innovation. ESPACE GO compte aujourd'hui parmi les institutions d'importance de la production contemporaine à Montréal.

ESPACE GO explore dorénavant le territoire de la dramaturgie contemporaine qui privilégie un rapport fort à la langue. Comme à ses débuts, la compagnie recherche des paroles capables de dire et de voir autrement le monde environnant, alors en pleine mutation. Ginette Noiseux déclarera à cette époque : « Nous ne craignons pas le difficile, si on nous aime ce sera par lui. »

Elle demande dès lors aux femmes artistes de ne pas demeurer en marge de la société et de se mesurer aux défis que nous fixe l'époque, en s'attachant au répertoire nouveau mais aussi en revisitant l'Histoire à travers les textes du patrimoine théâtral.

En 1987, elle propose à Alice Ronfard, qui en est à sa première mise en scène professionnelle, de créer La Tempête de Shakespeare dans une traduction libre de Marie Cardinal, et s'entend avec elles pour que la comédienne Françoise Faucher assume le rôle de Prospero (le père) et la toute jeune comédienne Sylvie Drapeau, celui de sa fille.

En 1988, ESPACE GO est couronné par le Grand Prix du Conseil des Arts de la Communauté Urbaine de Montréal, dans le cadre du printemps Shakespearien, pour cette production marquante.

Parallèlement à ces succès, Ginette Noiseux décide de s'allier le monde des affaires pour soutenir les projets de la compagnie qui exigent de plus en plus des moyens auxquels ne peuvent subvenir les programmes réguliers d'aide à la création de l'État. Louise Beaudoin, qui deviendra par la suite ministre du Gouvernement du Québec, sera la première présidente de son Conseil d'administration qui, peu à peu, se structure pour devenir, de l'avis de plusieurs décideurs, l'un des plus percutants et des plus efficaces dans le domaine culturel et ce, sans concession aucune à l'exigence de sa mission artistique. Entre les deux femmes se tisse une complicité qui ne s'est jamais démentie depuis. Le conseil d'administration fut présidé ensuite par Madame Lise Bacon et par Madame Nicole Dubé. Il est aujourd'hui présidé par Madame Martine Turcotte et est toujours composé d'une majorité de femmes.

En 1989, Ginette Noiseux frappe de nouveau un grand coup (de théâtre) à la direction artistique avec la création de L'Annonce faite à Marie de Paul Claudel, à la chapelle du Grand Séminaire de Montréal. Cette production - pour laquelle elle fait de nouveau appel à sa complice Alice Ronfard, à la mise en scène - fait rapidement l'événement. L'Honorable Jeanne Sauvé, alors Gouverneur général du Canada, honorera toute l'équipe des créateurs en se déplaçant pour assister à ce spectacle qui fait la manchette des grands journaux.

En 1990, Ginette Noiseux ouvre définitivement les équipes de création aux hommes et initie un nouveau cycle de production, faisant notamment découvrir au grand public montréalais l'auteur Bernard-Marie Koltès. Ce cycle de créations privilégiera, pour les dix années à venir, la production dans une même saison d'un texte d'un auteur québécois, la découverte d'un auteur contemporain de l'étranger et la redécouverte d'un texte du répertoire (ancien, jusqu'à l'après-guerre). Tous trois de langue française et, tel que mentionné précédemment, sans traduction puisqu'il était d'usage, à l'époque, d'adapter les auteurs français contemporains en Québécois.

En 1991, elle reçoit le Prix Spécial de l'Association québécoise des critiques de théâtre saluant son audace et l'excellence de son travail à la direction artistique.

Toujours entre 1990 et 1995, Ginette Noiseux et Francine d'Entremont (directrice administrative de l'époque) développent et pilotent le projet de la construction d'un théâtre conçu pour soutenir la formidable évolution de la pratique théâtrale au Québec qui propulse alors les artistes sur les grandes scènes du monde. Ce lieu est imaginé pour répondre aux préoccupations des auteurs contemporains, comme le théâtre à l'italienne dessert celles des auteurs du répertoire classique. Pour marquer cette vocation, des citations de poètes québécois vivants sont gravées dans le verre même de la grande façade du nouveau théâtre, implanté sur le boulevard Saint-Laurent, l'artère la plus cosmopolite de Montréal.

Le 10 janvier 1995, le spectacle Inventaires de Phillipe Minyana, dans une mise en scène de Louise Laprade, inaugure le nouvel ESPACE GO, qui sera rapidement réputé pour être l'un des plus beaux studios-théâtres de l'ère moderne. L'aventure du chantier est une réussite et fait référence. L'édifice du théâtre se voit décerner le Prix d'Excellence, catégorie institutionnelle, par l'Ordre des architectes du Québec.

On ne peut que se réjouir de l'Art de la différence, le dicton d'ESPACE GO que Ginette Noiseux a porté en étendard dans toutes ses entreprises depuis le Théâtre Expérimental des Femmes et qu'elle a transformé ensuite en GO : scène ouverte, pour enfin en arriver à l'Espace où tout se passe, en 1998. Un motto qui traduit bien la volonté de la directrice de faire de son théâtre un centre de création, de production et de diffusion, à l'écoute des mutations qui s'opèrent dans la société, où l'Art lui-même dérive vers des métissages inédits. Le Théâtre ESPACE GO propose un projet artistique ouvert à toutes les formes de spectacles vivants, incluant également la danse et la musique d'avant-garde.

À travers ses voyages en Europe, en Afrique, dans les pays arabes, Ginette Noiseux s'est tissé, au cours des deux dernières décennies, un réseau personnel de collaborateurs composé d'auteurs, de dramaturges, d'intellectuels, de poètes, de directeurs de théâtre et de praticiens qui lui ont permis de demeurer à l'affût de l'avant-garde en matière de dramaturgie théâtrale contemporaine et de faire circuler les textes des auteurs de langue française, souvent encore à l'état de manuscrits.

On doit à la directrice artistique d'ESPACE GO la découverte de nombreux auteurs du Québec et de la Francophonie internationale. Alors que, dans un passé récent, peu de textes d'auteurs contemporains français étaient joués en Amérique, c'est grâce à Ginette Noiseux que purent être entendues pour la première fois à Montréal les voix des Koltès, Duriff, Minyana, Copi, Vinaver, Py, Cadiot,  Lagarce, , Saraute, Nothomb, De Vos, Pliya, Cormann et Novarina. Aujourd'hui, la découverte des nouvelles écritures inclut les paroles de Loher, Hilling, Jelinek, Kárpáti, Highway et Churchill, pour ne nommer que ceux-là.

À ESPACE GO, le public montréalais découvre ces voix, et celles aussi de nombreux auteurs québécois comme Daniel Danis. Mais il y assiste aussi à plusieurs créations produites par GO des œuvres de Racine, Marivaux, Claudel, Genet, Cocteau, Beckett et Tardieu.

Plusieurs fois boursière du Conseil des Arts du Canada et du Ministère de la Culture du Québec, Ginette Noiseux n'a jamais cessé d'œuvrer comme conceptrice de costumes, bien que l'essentiel de son temps soit mobilisé par son travail de directrice artistique et générale d'ESPACE GO.

Régulièrement finaliste à la Soirée des Masques de l'Académie québécoise du théâtre, elle créé les costumes d'une cinquantaine de productions depuis sa sortie de l'École.

Ginette Noiseux est fréquemment invitée à faire partie de différents jurys. En tant que conférencière, elle collabore notamment à des forums à l'Université du Québec à Montréal et aux Entretiens Jacques-Cartier, à Lyon. Elle participe également à plusieurs émissions télévisées à vocation culturelle et sociale. Ces dernières années, elle a mis son expérience au service des musées québécois à titre d'idéatrice. Pendant trois ans, elle fut aussi membre active de la Commission sur la diffusion des Arts de la scène au Québec, conseillant la ministre en poste à la Culture. Préoccupée par la société où elle vit, elle recevait, en 1996, le prestigieux prix de l'Artiste pour la Paix.

L'année 1996 fut d'ailleurs éclatante pour la compagnie. Les spectacles de la saison récoltent douze nominations à la Soirée des Masques et reçoivent deux prix ex-æquo : celui de la Meilleure Production - Montréal, et le Prix du Public. De plus, cette année voit l'ESPACE GO se propulser au rang de diffuseur majeur. Pour Ginette Noiseux, la diffusion de spectacles au niveau national passe par un partenariat étroit avec les diffuseurs en régions afin de rendre accessible, au plus grand nombre, la création contemporaine.

Franchissant le cap des années 2000 en demeurant fidèle à son engagement envers les créateurs qui renouvellent la pratique théâtrale, Ginette Noiseux a trouvé en l'événement France au Québec / la saison, à l'automne 2001, une occasion unique de célébrer ses liens avec l'avant-garde française, initiés il y a plus de quinze ans. En s'associant à cette fête des arts destinée à promouvoir le caractère moderne et audacieux de la création en France, la directrice artistique a choisi de présenter au public québécois pas moins de trois productions en provenance de l'Hexagone, elle qui avait déjà pris l'habitude d'en faire découvrir une par saison au public de son théâtre.

Ginette Noiseux a toujours voulu faire d'ESPACE GO un territoire d'accueil : plusieurs créateurs européens, dont Éric Vigner, Alain Françon et David Bobee, séjournent chaque année à GO pour se familiariser avec la réalité et le milieu artistique québécois.

Les créateurs d'ici comme ceux de l'étranger trouvent chez la directrice de GO une partenaire attentive et volontaire, capable d'endosser les projets artistiques qui se mesurent au difficile, à l'exceptionnel, voire au marginal. La mission d'ESPACE GO, soutenue contre vents et marées par Ginette Noiseux demeure et demeurera toujours de témoigner courageusement des mouvances, des bouleversements et des ondes de choc qui secouent et dynamisent la Cité moderne.


PRIX ET DISTINCTIONS

2011
Invitation de prestige | Pôle auteurs du Centre national du Théâtre (France)
Deuxième personnalité étrangère à être invitée à collaborer à la commission nationale qui gère le dispositif d'Aide nationale à la création de textes dramatiques

Mention | Dictionnaire international des femmes
L'une des 15 personnalités canadiennes à figurer dans les pages de ce nouvel ouvrage qui paraîtra sous peu


2010
Personnalité de la semaine | La Presse/Radio-Canada
En reconnaissance de son engagement de Ginette Noiseux envers le milieu théâtrale et sa contribution à faire d'ESPACE GO un haut lieu de la création

Une des 100 femmes leader de l'avenir au Canada | Magazine Entreprendre
En reconnaissance du dynamisme insufflé par la directrice générale et artistique à ESPACE GO au cours des trente dernières années

2008
Mention | Dictionnaire des artistes du théâtre québécois
L'une des personnalités à figurer dans les pages de cet ouvrage publié sous la direction des Cahiers de théâtre JEU


2005   
Grand Prix | Conseil des arts de Montréal
Pour son rôle éminent de son action artistique dans l'évolution du théâtre, et plus particulièrement pour la qualité remarquable de sa programmation qui, sous le titre Portrait de femmes, est venue marquer la 25e année d'existence d'ESPACE GO


2002  
Femme de mérite, | Fondation Y des Femmes
Distinction de la catégorie Arts et culture

 

2001  
Chevalier | Ordre des Arts et des Lettres (France)
Distinction accordée par le Gouvernement de la  France



1996
Prix | Artiste pour la Paix
Prestigieux prix reçu en reconnaissance


1995   
Prix d'Excellence - | Ordre des architectes du Québec
Prix reçu en reconnaissance de l'excellence du projet de construction du nouvel ESPACE GO Catégorie institutionnelle - Architecte : Éric Gauthier, agence FABG

Prix Orange |Sauvons Montréal
Catégorie Insertion  - Pour la construction du théâtre

Certificat de distinction | CREATIVITY '95 Annual de New York
Pour l'affiche d'ouverture du nouveau théâtre


1990-1991
Prix spécial | Association québécoise des critiques de théâtre (AQCT)
Pour la grande qualité de la saison artistique


1988
Grand Prix  | Conseil des arts de Montréal
Pour l'audace et la qualité du Printemps Shakespeare, qui réunissait la Fondation du Théâtre du Nouveau Monde, Omnibus, le corps du théâtre et le Théâtre expérimental des femmes


AUTRES

Ginette Noiseux a été plusieurs fois boursière du Conseil des Arts du Canada et du Ministère de la Culture du Québec.

 

Photo © Carl Lessard